Paul Foreman pic
novembre 23, 2013 | by emosapiens
L’entrepreneur doit-il faire confiance à son intuition ?

« L’intuition, c’est l’intelligence qui commet un excès de vitesse. » Henry Bernstein

Une révolution intuitive est en marche dans notre société avec comme porte drapeaux une poignée d’entrepreneurs convaincus qu’il faut, dans un environnement de plus en plus mouvant et incertain, décider vite… et « bien » si possible. C’est pourquoi, qu’ils s’appellent, en France, Pierre Kosciusko-Morizet (PriceMinister), Thierry Boiron (Laboratoires du même nom), Guy Lacroix (Ineo), ou Eric Babolat (l’équipementier de Rafael Nadal), ces entrepreneurs du XXIème siècle ont choisi en leur âme et « (in)conscience » de mobiliser une compétence trop longtemps reléguée sur le banc de touche de notre système éducatif, à savoir l’intuition.

Cette capacité mentale, une forme d’intelligence en soi, est souvent fantasmée. Mais croyez moi, elle n’a rien de magique. En effet, les neuroscientifiques sont aujourd’hui capables, grâce à des outils sophistiqués type IRM fonctionnelle ou électroencéphalographie, de retracer sur des écrans d’ordinateurs, quasi en direct live, le chemin neuronal qu’empreinte l’intuition dans le cerveau humain. Certains chronomètrent même le temps qu’il faut pour parcourir la distance. Il s’agit là d’une voie expresse, quelques millisecondes suffisent au cerveau intuitif pour la traverser et, au bout de la route, déterminer avec une fiabilité remarquable (par exemple) la sympathie, la fiabilité, les compétences, le niveau de dangerosité, ou encore l’orientation sexuelle d’une personne en face de vous.

Un grand nombre d’études scientifiques révèlent d’ailleurs que ce chemin est bien souvent le meilleur à prendre pour arriver à « une décision efficiente ». Que cette décision concerne l’achat d’un appartement ou d’une voiture, le choix d’un(e) partenaire sexuel(lle), une orientation stratégique importante pour l’entreprise, le recrutement d’un collaborateur ou une négociation à enjeu, c’est toujours le même topo : l’intuition l’emporte le plus souvent (c’est statistique) sur la raison.

Ces études vont même jusqu’à montrer que plus la décision est compliquée, moins il faut réfléchir. Au placard donc les vieux préceptes quasi moraux promulgués par cette dame sénile nommée « rationalité absolue ». Ce qui ne veut pas dire, lisez moi bien, que le tout intuitif est LA SOLUTION miracle, le fameux et non moins utopique one best way. Car une entreprise uniquement managée à l’intuition ne serait pas une entreprise, mais une foule. Un minimum de structuration organisationnelle est requis.

L’intuition dont je vous parle depuis quelques lignes maintenant revêt à la fois un « caractère inné » et, fort heureusement pour nous tous, aussi un « caractère acquis ». Inné, car nous ne naissons pas avec le même potentiel intuitif. La faute à une classe de neurones particuliers, appelés neurones miroirs ou empathiques (et qui interviennent dans la mécanique intuitive), dont la concentration à la naissance, varie d’un individu à l’autre. Acquis car, le cerveau et notamment les zones activées lorsqu’on intuite sont, tout comme l’univers ou un accordéon, extensibles ou plastiques si vous préférez. Des études récentes révèlent même que développer ses compétences intuitives permet, à terme, de secréter moins d’hormones de stress, d’augmenter la qualité des relations sociales et d’être moins sujets à l’anxiété, la dépression, le Burnout, des maladies psychosomatiques, une insuffisance coronarienne ou encore des troubles Gastro-intestinaux. Rien que ça.

Alors comment développer son intuition me direz-vous ?

Il existe des solutions « gratuites ».

1. Ecoutez-vous davantage, généralement le caractère plaisant ou déplaisant qui vous envahit très vite dans une situation donnée est une information pertinente, un peu comme un panneau signalétique avant un virage serré. Autrement dit, faites confiance à votre toute première impression qui naît en vous en quelques millisecondes seulement.

2. Assistez à des conférences ou lisez des essais qui traitent de l’intuition, cela créera ou remplira « un tiroir » dans votre cerveau.

3. Si vous avez pour habitude de faire appel à une horde de conseillers en tout genre ou à des outils d’aide à la décision, couper le « cordon » et cessez d’être téléguidé : recentrer vous sur vous-mêmes, votre GPS intérieur est bien plus fiable que celui de votre voiture ou que l’avis de la majorité.

4. Plus étonnant, lisez des romans de fiction de grands auteurs comme ceux de Tchékhov, Don DeLillo, Munro, cela boostera votre intuition, des études le montrent.

Pour finir, il apparaît que les supra-intuifs (en psychologie on les appelle les « profils méta ») ne représentent qu’un très faible pourcentage de la population et ils ont une particularité : ils sont capables de prendre des risques modérés : n’est-ce pas là l’une des qualités premières de l’entrepreneur ? A vous d’intuiter.

Dr. Christophe Haag
Professeur EMLYON Business School
www.christophe-haag.com
Auteur de la Poulpe Attitude (Michel Lafon)

Christophe HAAG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédit Photo : Paul Foreman

Magazine pour gens entreprenants

Leave a Reply

— required *

— required *

Ad Area

Emosapiens.com est un Magazine pour gens entreprenants. Gratuit et accessible à tous, il à pour mission de propager le "virus entrepreneurial" en stimulant la confiance et l'audace.

Theme by Theme Flames, powered by Wordpress.