Copyright Dave Moser
mars 17, 2014 | by emosapiens
L’art de la subversion

Enseigner la subversion en école de commerce ou comment apprendre à entreprendre par l’art ?

By Sylvain Bureau, Ph.D
Directeur académique de la spécialisation entrepreneuriat, ESCP Europe

J’étais récemment à Babson College (Boston, USA), une Business School de référence pour les entrepreneurs, afin de présenter une expérimentation pédagogique développée au sein de la Chaire Entrepreneuriat. Lors de cette conférence, 90 professeurs du monde entier étaient réunis pour partager des méthodes innovantes pour apprendre à entreprendre.

Beaucoup des présentations étaient passionnantes

Il était question d’écosystèmes propices à la dynamique entrepreneuriale en Finlande avec Start-Up Sauna ; de formations interdisciplinaires à l’Université de Louvain ou d’accompagnement conçu spécifiquement pour des projets d’innovations sociales à l’Essec. Certains ont aussi présenté des concours de Business Plan inédits comme celui de MassChallenge ou cette compétition où les Pitchs se font dans de l’eau glacée en Norvège !

Mais comme toujours, un thème me semblait manquer : celui de la subversion

Selon de nombreux chercheurs d’Harvard, de Stanford ou d’ailleurs, les entrepreneurs perturbent le statu quo, brisent des règles établies, pratiquent la déviance ou encore la piraterie. Autrement dit, beaucoup d’entrepreneurs développent des activités subversives pour détruire des règles et des valeurs qui limitent l’essor de leur projet. Si tous ces chercheurs disent vrais, la question est alors de savoir comment enseigner à des élèves la subversion…

Je suis professeur à l’ESCP Europe, la plus vieille école de commerce du monde. Comme l’a souligné Pierre Bourdieu, cette Grande Ecole créée en 1819, contribue à la reproduction sociale des élites économiques depuis près de 200 ans. Dans un tel contexte, comment peut-on même discuter de subversion en salle de classe ?

Improbable

Depuis 2012, Improbable tente d’apporter une réponse à cette délicate question. Improbable est un séminaire d’une semaine où les étudiants de l’option entrepreneuriat de l’ESCP Europe créent une œuvre d’art contemporaine. L’hypothèse de départ est simple : si les mondes de l’art sont familiers de la subversion et de l’activisme – d’Edouard Manet à Aie Weiwei, les exemples abondent – alors développer une pratique artistique peut permettre de mieux appréhender les dynamiques subversives.

Un séminaire où les étudiants réalisent une œuvre d’art

Avec Pierre Tectin, artiste plasticien, nous avons mis en place un séminaire où les étudiants réalisent une œuvre d’art lors de la première semaine de cours. Durant quatre jours, les étudiants ont une série de cinq ateliers (détournement, don/contre-don, destruction, dérive et dialogue) durant lesquels ils suivent une conférence sur l’histoire de l’art puis réalisent eux-mêmes une pratique artistique. A chaque fois, les analogies entre pratiques artistiques et entrepreneuriales sont présentées. La dimension subversive est mise en avant avec des illustrations issues des œuvres de Marcel Duchamp, de Voïna, des Situationnistes ou encore de l’esthétique relationnelle….

Vernissage

A la fin du processus, les étudiants exposent leurs œuvres lors d’un vernissage réunissant près de 300 personnes issues du milieu entrepreneurial et artistique. Les réactions sont très majoritairement enthousiastes. Cela suscite de nombreux débats entre les artistes en herbe et les visiteurs.

Tout le monde est finalement surpris, les étudiants en premier lieu, par la qualité des travaux produits. Non seulement parce qu’ils apportent le plus souvent un regard inédit et critique sur notre monde mais aussi parce qu’ils ont été produits en un temps record (48 heures). Christophe Bruno, un artiste qui a rejoint récemment le collectif Improbable, souligne d’ailleurs en quoi la méthode de travail utilisée durant ce séminaire pourrait être assimilée à un scrum : un processus de production très agile qui permet d’ajuster et de faire évoluer les œuvres fréquemment.

Source d’émancipation

Ce détour par l’art ne serait cependant pas opérant et source d’émancipation s’il ne permettait pas de revenir à un projet entrepreneurial. Pour y parvenir, chaque œuvre produite lors d’Improbable va servir de matériau de base pour réfléchir à la création d’un événement innovant qui sera réalisé quelques semaines plus tard par les étudiants. De cette façon, le processus ne s’arrête pas.

Il ne s’agit pas d’une simple parenthèse artistique ludique mais bien d’une étape clef dans le processus de la création entrepreneuriale.

Si beaucoup des 198 étudiants qui ont pratiqué Improbable depuis 2011 nous disent qu’ils ont vraiment pensé et agi out of the box, il reste encore beaucoup de choses à expérimenter pour explorer de nouvelles façons de vivre l’émotion et l’action entrepreneuriale. Si vous avez des idées ou des réactions pour faire avancer Improbable, nous serions ravis d’échanger avec vous. Dans tous les cas, nous sommes d’ores et déjà très heureux de vous convier au prochain vernissage qui aura lieu le jeudi 4 septembre à Paris dès 19h. Le contenu de l’exposition ? Improbable à ce jour…

Pour en savoir plus :

Improbable fait l’objet de différents projets de recherche. Il a donné lieu à un documentaire et à différentes publications et présentations lors de conférences internationales (New York, Montréal, Boston, Helsinki, Rome, Copenhague, Rabat…).

Pour avoir accès à ces ressources : http://www.strikingly.com/improbable#1
Pour être informé de l’actualité de la Chaire Entrepreneuriat : http://www.chaireeee.eu/

Clip vidéo Improbable, Oeuvres Entrepreneuriales

Pour aller plus loin, voir la version intégrale >> http://www.youtube.com/watch?v=k09GuR-qxIg

Polar Bear Pitching Feb 7th 2014 Oulu, Finland

Crédit image >> Dave Moser

Magazine pour gens entreprenants

Leave a Reply

— required *

— required *

Ad Area

Emosapiens.com est un Magazine pour gens entreprenants. Gratuit et accessible à tous, il à pour mission de propager le "virus entrepreneurial" en stimulant la confiance et l'audace.

Theme by Theme Flames, powered by Wordpress.