Health pic
mai 25, 2015 | by Sean Luzi
Sport & Santé : quel impact sur votre réussite entrepreneuriale ?

Plus à l’aise dans la peau d’un Marathonien que dans celle d’un coureur de 100 mètres, l’entrepreneur sait l’importance de l’opiniâtreté, de la persévérance et de l’endurance. Si avoir la « niaque » est un atout indispensable pour réussir, encore faut-il pouvoir compter sur une motivation au long-court. Mais cette énergie qui permet de déplacer les montagnes ne tombe pas du ciel… Il faut la produire, apprendre à auto-alimenter ses batteries. Rythme journalier soutenu, manque de sommeil, repas sautés, mais aussi pression des fournisseurs, négociations ardues et haut degré de responsabilité sont quelques aspects inhérents à toute aventure entrepreneuriale. Des exigeances qui en font certes le charme, mais qui comportent également certains risques tant elles puisent dans les réserves du chef d’entreprise au risque d’amputer son capital santé et sa capacité à s’investir dans son projet. Pour ne pas hypothéquer sa réussite, l’entrepreneur doit apprendre à réorganiser ses priorités afin de pouvoir produire plus d’énergie que n’en consomme son activité.

L’entrepreneur, 1er actif social de l’entreprise

Si le capital social d’une entreprise est souvent présentée de manière monétaire, il n’en demeure pas moins que le premier véritable actif d’une entreprise est d’abord incarné par son capital Humain.

« Le rendement d’une équipe est celui de son joueur le plus faible… Son succès dépend donc du niveau de performance de chacun de ses équipiers. Le capitaine ou l’entraîneur ont un rôle exemplaire. Ils doivent entraîner, inspirer et galvaniser l’équipe. Un entraîneur doit être entraînant. » Stéphane Suzzoni co-fondateur de MONSTADE

L’entrepreneur, ce compétiteur de haut niveau

Volume d’heures hebdomadaire, gestion des risques, résistance au stress, respect des délais… tout comme un sportif professionnel a qui l’on demande d’être au maximum de ses capacités, le chef d’entreprise est un véritable compétiteur de haut niveau. En compétition avec la concurence, avec le contexte économique et parfois même avec ses clients, l’entrepreneur évolue quotidiennement dans un environnement mouvant et exigeant qui requiert un large panel de capacités : confiance en soi, agilité, gestion de l’incertitude et endurance sont quelqu’unes des nombreuses compétences qui permettent d’accéder à la réussite entrepreneuriale.

MONSTADE copyright

Le succès se joue souvent dans les derniers 100 mètres

Bâtir un succès est toujours le fruit d’un important investissement énergétique. Difficile dans ce cas là d’espérer décrocher la lune sans un minimum de constance dans l’effort produit. Comment imaginer alors, dans cette jungle business toujours plus dense, qu’un chef d’entreprise puisse ne pas être à 100% de ses capacités. Qu’il puisse se contenter d’évoluer à 80%, 70% voire 60% alors même que l’on sait tous que la différence se fait, quotidiennement, sur les derniers 100 mètres ! Le problème vient du fait que la marge de progression n’est pas toujours évidente à quantifier : un individu qui possède une condition physique très moyenne peut parfaitement être convaincu qu’il dispose de toutes ses aptitudes sans même imaginer qu’un gap de 50% se trouve entre sa condition actuelle et son réel potentiel.

Déficit d’activité physique :

> 9 % des dirigeants déclarent affectuer une activité physique légère tous les jours (17 % des salariés).

> 35 % n’en pratiquent quasiment jamais (26 % des salariés – chez les cadres : 19%)

Etude : CJD, AMAROK, Malakoff Mederic

Energies d’actif VS énergies de déficit

Motivation, désir, passion, optimisme et enthousiasme sont autant d’énergies d’actif (ressources émotionnelles) qui vont alimenter nos batteries et nous mettre en action. A contrario, l’apathie, la tristesse, le regret, l’anxiété et le stress constituent des énergies de déficit qui auront tendance à puiser dans nos réserves, à entraver nos marges de manoeuvre, voire,  à nous contraindre dans l’inertie. 

Un sentiment de stress pour 1/3 des dirigeants :

> 32 % disent s’être sentis stressés souvent ou en permanence au cours des 2 dernières semaines (48 % pour les salariés)

Etude : CJD, AMAROK, Malakoff Mederic

Contrairement à la croyance commune qui veut que tout se joue « dans la tête », les neurosciences nous confirment aujourd’hui ce que certains de nos ancêtres avaient déjà compris depuis des siècles. En effet, il se trouve que le véritable siège de l’énergie n’est pas la tête mais bien le corps. C’est lui qui constitue la caisse de résonnance de ces mécanismes émotionnels ancestraux. Ces derniers sont des manifestations physiologiques scientifiquement identifiables, notamment grâce à l’analyse des équilibres endocriniens (taux de cortisol, dopamine et endorphine par exemple). En quoi est-ce une bonne nouvelle ? Eh bien, cela signifie que tout un chacun est en mesure, par un travail sur le corps, de modifier sa physiologie, d’optimiser son métabolisme et donc, in fine, d’influer sur son propre niveau d’énergie !

Une étude longitudinale portant sur 19 288 personnes âgées de 10 à plus de 60 ans, suivies par questionnaire de 1991 à 2002 au niveau de l’anxiété,  de la dépression, de la personnalité et de leur pratique physique, montre que ceux qui pratiquent régulièrement des activités physiques au moins 60 min par semaine, de manière relativement intense, sont quel que soit l’âge et le sexe moins anxieux, moins dépressifs, moins névrosés. Moor et al. Regular exercise, anxiety, depression and personality: a population-based study. Prev Med 2006, 42 : 273-279

Mens successus in corpore sano

Une bonne santé physique constitue donc un atout certain pour l’entrepreneur marathonien du business. Elle est à la fois l’assurance d’une meilleure hygiène émotionnelle et d’un plus haut niveau d’énergie : la combinaison gagnante pour tout être humain et une sacré bonne nouvelle pour les chefs d’entreprise quand on connait les effets désastreux que peuvent occasionner une motivation chancelante, un optimisme au ras des pâquerettes et une incapacité à prendre du plaisir dans son activité.

Une stat parlante : le nombre d’arrêt de travail est 2,17 fois plus élevé parmi les employés sédentaires que les employés actifs physiquement.

Autre fait révélateur de l’importance de l’activité physique :

- 1 jour d’incapacité de travail chez un « salarié actif » correspond à :

- 2-3 jours d’incapacité de travail chez un «salarié témoin » et à :

- 3-4 jours d’incapacité de travail chez un « salarié sédentaire »Etude Elkin Martínez-López y Juan F. Saldarriaga-Franco. Faculta Nacional de Salud Publica

L’entrepreneur qui capitalise sur sa santé effectue un calcul des plus intelligent

En effet, au delà se sa bonne forme globale, c’est bien sa capacité à relever les défis qu’il optimise. Si l’on se risquait à une analogie technologique, nous pourrions affirmer que la santé du chef d’entreprise présente des similarités avec la batterie de son smartphone : meilleure est la qualité de celle-ci, plus longtemps durera la charge et plus nombreuses seront les possibilités d’utilisation de l’appareil.

Plus qu’une fin en soi, l’activité physique est à considérer comme un outil à notre service : un moyen d’augmenter notre puissance entrepreneuriale, notre faculté de résilience, notre agilité; notre endurance et notre confiance.

Misez sur l’optimisation de votre pharmacie interne

Vos taux de cortisol, sérotonine, dopamine, noradrénaline, endorphine mais aussi de tesostérone et d’ocytocine conditionnent fortement vos humeurs, sentiments, émotions et façonnent votre état d’esprit. Travaillez sur cet équilibre, via l’activité pysique par exemple, permet d’améliorer votre chimie interne et de décupler votre puissance entrepreneuriale.

Quand le sport dope la confiance

La confiance, pour un créateur ou chef d’entreprise, est presque aussi importante que l’air qu’il respire. Elle conditionne sa capacité à agir, à rebondir, à s’adapter et à performer. Sans confiance, pas d’action possible, pas de challenge en ligne de mire, pas de défis à relever. Mais d’où vient-elle ? De quoi est-elle faite ? En réalité, la confiance procède d’une estimation simple : est-ce que mes capacités sont suffisantes pour réaliser l’objectif ou les ambitions fixés. Si le curseur pointe en défaveur des aptitudes au regard des objectifs, le niveau de confiance communiqué par notre cerveau limbique (émotionnel) sera plutot bas. A contrario, si le témoin est au vert et que les capacités permettent d’envisager l’atteinte des ambitions fixées, le sentiment de confiance perçu sera suffisant pour déclencher une mise en action. Ce mécanisme ancestral a été initialement programmé chez l’être Humain afin d’éviter que nous nous mettions stupidemment en danger. C’est ce même programme qui, aujourd’hui, peut phagocyter vos ambitions en vous maintenant dans votre zone de confort malgré vos vélléités de prise de risque et de réussite.

Comment le sport peut-il intervenir dans cette équation ?

Eh bien, par le biais du corps pardi ! Nous avons vu que celui-ci était la caisse de résonnance de nos phénomènes émotionnels. Un corps en bonne santé, dynamique, tonique, entrainé et empli de vitalité communiquera au cerveau limbique des messages positifs et apaisants. Ce sentiment de sécurité, de stabilité, de puissance et de dynamisme va faire grimper le niveau de confiance général ce qui aura pour effet direct de doper notre capacité à entreprendre, à sortir de la zone de confort et à prendre des risques. Il est primoridial de garder à l’esprit qu’en matière de sentiments et de perceptions, la subjectivité règne en maître. Et c’est tant mieux car il nous est donc possible de distordre le champs de la réalité. A notre avantage.

Rôles des différents neuromédiateurs produits par l’APS (activités physiques ou sportives) :

> La Dopamine : impliquée dans les voies cérébrales du plaisir

> La Sérotonine : acteur neurochimique de l’attention et exerce une action antidépressive. Elle joue un rôle sur la synthèse des nouveaux neurones

> La Noradrénaline : facteur des processus d’éveil

Le Flow : un état d’hyper productivité

Chacun d’entre nous a déjà expérimenté l’état de Flux (Flow) au moins une fois dans sa vie. Il s’agit d’un état de grâce durant lequel nous perdons la notion du temps, un état de concentration extrême où l’intégralité de notre énergie psychique est focalisé sur une tâche précise, un problème, un challenge ou bien encore une création. Le Flow survient en général lorsque l’objet de notre attention demande que l’on s’y adonne complètement, en raison de sa complexité.

flow_csikszentmihalyi

L’entrepreneur peut-être amené à connaitre cet état de flux

Par exemple lorsqu’il doit solutionner des problèmes complexes ou bien quand sa pleine créativité est requise pour élaborer une startégie innovante. Un état que nous recherchons tous tant son efficacité est grande et dont la survenue peut être favorisée par un travail sur la faculté d’attention. Sur ce point, de nombreuses études ont montré que l’activité physique améliore à la fois l’apprentissage et la capacité de concentration :

L’exercice physique améliore les capacités cognitives en agissant sur :

> le débit sanguin cérébral et l’oxygénation du cerveau (votre cerveau consomme 20% de l’oxygène que vous inspirez et utilise 1/5ème de vos ressources nutritives)

> les neuromédiateurs cérébraux

> la synthèse de nouveaux neurones par le biais de facteurs de croissance

> l’augmentation du réseau capillaire cérébral

mon-stade-salle-sport-santé-75013-Paris-concept

Limitless : et si le sport musclait notre cerveau ?

Vous avez peut-être eu l’occasion de voir Limitless, un thriller américain de 2011 réalisé par Neil Burger, avec Bradley Cooper dans le rôle principal et dont voici le synopsis :

Eddie Morra rêve d’écrire, mais l’angoisse de la page blanche le paralyse. Sa vie sans éclat bascule lorsqu’un ami lui fait découvrir le NZT, un produit pharmaceutique révolutionnaire qui lui permet d’exploiter son potentiel au maximum.

Eh bien, la mauvaise nouvelle est que le NTZ n’existe pas ( pas encore…) En revanche, il s’avère que la pratique sportive provoquerait un effet secondaire tout à fait désirable que l’on appelle neurogénèse :

> L‘activité physique agirait sur la structure du cerveau en favorisant la formation de nouvelles cellules nerveuses (neurones) au niveau de l’hippocampe, région associée à la mémoire à court et long terme. Elle permet aussi de nouvelles interconnexions entre ces cellules (plasticité synaptique).

> Des sujets qui ont marché trois jours par semaine à raison d’une heure par jour pendant six mois ont présenté une augmentation du volume de la substance grise du cortex frontal et temporal. Ces modifications structurales étaient parallèles aux améliorations cognitives.

> Après 6 mois d’entraînement physique régulier, l’activité cérébrale est augmentée dans les zones responsables de l’attention et de la résolution des problèmes. Cette amélioration est parfaitement corrélée avec les indicateurs de l’aptitude physique.

Entrepreneurs, à votre santé !

Si entreprendre est la capacité à passer de l’idée à l’action en mobilisant plusieurs types de ressources (financières, humaines, matérielles…) il parait évident que la ressources n°1, fondement même de toute entreprise, demeure l’entrepreneur lui-même. Sa confiance, son énergie, sa créativité, sa niaque et sa vision son autant d’actifs qui lui permettront d’opérer l’exécution de son plan. De l’idée à l’action. Puis, de l’idée à l’ambition. Et enfin, de l’idée à la réalisation. Dans ce monde actuel si compétitif et exigeant, il est urgent qu’émerge une nouvelle conscience : une prise en compte profonde de la nature Humaine de l’entreprise. Il faut repenser celle-ci et l’appréhender comme un organisme vivant : vivant parce qu’avant tout constitué d’hommes et de femmes qui investissent leur énergie vitale dans le projet commun. Une réelle stratégie santé,  notamment grâce à l’utilisation conjointe du suivi médical, de l’activité physique et de la diététique n’est plus un luxe mais une nécessité. Seule une prise de conscience de ces enjeux à tous les niveaux, de la startup à l’ETI, permettra l’avénement d’une entreprise plus responsable, plus performante et plus innovante. Une entreprise soucieuse de préserver et d’améliorer sa ressource Humaine, seule véritable valeur ajoutée en terme de créativité, d’optimisme et d’énergie.

Entrepreneurs, à votre santé !

—-

Cet article a bénéficié de la précieuse contribution rédactionnelle de Stéphane Suzzoni et Roland Krzentowski, co-fondateurs de la société CLINICPROSPORT et du centre médico-sportif MON STADE.

MON STADE est un lieu où sont délivrés des services liés à la santé et à la pratique d’activité physique ou sportive : à partir de différentes évaluations médico-sportives de la condition physique de chaque individu, MON STADE peut concevoir et accompagner des programmes d’entraînement personnalisés adaptés aux profils et objectifs de populations diverses (malades, seniors, collaborateurs d’entreprise, sportifs et, plus généralement, toute personne se fixant un objectif d’amélioration de ses paramètres de condition physique). Cette offre est basée sur un ensemble de techniques validées par l’état de la science, et des protocoles entièrement conçus par des professionnels de la santé et des sciences et techniques de l’activité physique.

En savoir plus > Monstade.fr

Crédit photos : Greg ELOY pour MON STADE

SPORT MONSTADE

Vice-président du Cercle des jeunes entreprises (LeCJE.fr), conférencier et auteur aux éditions Dunod, il est expert sur divers médias business (LesEchos.fr, RHinfo, Place des réseaux, JDN Management et JDN Business...) et intervient régulièrement pour l'association 100000 Entrepreneurs.

Leave a Reply

— required *

— required *

Ad Area

Emosapiens.com est un Magazine pour gens entreprenants. Gratuit et accessible à tous, il à pour mission de propager le "virus entrepreneurial" en stimulant la confiance et l'audace.

Theme by Theme Flames, powered by Wordpress.